Cuzco et la Vallée sacrée


altitude de 2.700 à 3.700 m




La "Plaza de Armas", de face l'Église de la Cie de Jésus, à gauche les deux clochers de la Cathédrale, dont on aperçoit la toiture des coupoles, bâtie sur le site de l'ancien palais de Viracocha. Toute la ville recouvre l'ancienne capitale de l'Empire Inca, utilisant ses fondations et les blocs de pierre pour monter ses propres édifices. De nombreux murs en pierre sont visibles partout qui attestent du savoir-faire de ces grands bâtisseurs que furent les Incas. Le charme de cette ville provient de la juxtaposition du style majestueux des Incas et du style arabo-andalou avec ces cours intérieures qui offrent des galeries superposées, colonnes en pierre et balcons de bois.
















Les marchés très colorés avec tous les légumes et fruits des tropiques, les variétés de mais, les chapeaux de feutre sur les doubles tresses longues rattachées en leurs bouts qui descendent jusqu'aux amples jupons. Ces tenues ont été codifiée au XVIIIe à l'époque du Vice-Roi.












A Pisac, les tissus traditionnels incas, les bonnets parfois sous le feutre, les galettes recouvertes d'un tissu brodé sur la tête des dames Quetchuas, les ponchos et les immenses sacs qu'elles portent en bandoulière, contenant bébé ou marchandises.



C'est Dimanche, le jour de la messe toute en quetchua et il y a eu un baptême. À la sortie, des confettis sont abondamment jetés à la volée sur les têtes de la famille.












La vallée sacrée, la vallée de l'Urubamba, de Pisac à Ollantaytambo, nous fait découvrir des citadelles perchées qui dominent des cultures en terrasse au dénivelé impressionnant. Pour celle-ci à Pisac, nous avons choisi de nous faire conduire au sommet en taxi  et de redescendre par sentiers et escaliers en 2 heures environ en traversant les nombreuses casemates et fortifications.


















Belles rencontres. Une fileuse et son "llama", une vigogne, avec son long cou gracile, sa laine la plus douce, et un alpaga recouvert d'une laine abondante Tous trois ne vivent qu'au-dessus de 3000 m, contrairement au 4ème camélidé, le guanaco, que l'on trouve en abondance au sud de la cordillère. Le lama et l'alpaga sont domestiqués, les 2 autres vivent à l'état sauvage.







Nous vous présentons à tous nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Hier soir,.. nous avons découvert le village de Ollantaytambo, dominé par les ruines d'une impressionnante citadelle, nous avons grimpé au sommet et passé plusieurs heures à faire des clichés en essayant de gommer les foules de touristes. Demain nous serons au Machu Picchu, limité à 2500 visiteurs par jour. Puis, comme nous avons eu un coup de cœur pour Ollantay, nous reviendrons y passer 3 jours, afin d'aller visiter d'autres sites plus beaux les uns que les autres. Vous aurez bientôt un choix d'images sur ces sites.

DanJacq le 6 janvier 2012