Nous ne pouvions terminer l'année sans retrouver les Alpes, 7 jours de randos, une semaine. Première journée montée épuisante, seconde simple ballade en partant à pied de notre havre pour une petite marche dans les collines voisines pour récupérer, ensuite 5 randos avec de jolis dénivelés, curieusement sans aucune douleur. Étrange cette faculté de récupération quand on enchaine un effort régulier.

Briançon


A notre arrivée, après avoir pris possession de notre appartement, aimablement prêté par de très bons amis, nous sommes montés à la découverte de la vieille ville dans la citadelle, œuvre de Vauban, le grand architecte militaire de Louis XIV, ainsi que les forts (4) et ouvrages de défense qui entourent cette ville frontière.



Murs d'enceinte de la cité Vauban



Collégiale construite par Vauban pour affirmer la politique catholique de Louis XIV




Porte Dauphine



Une des nombreuses fontaines de la ville



rue pittoresque dominée par un sommet où trône la Croix de Toulouse qui domine la cité



Ce sera notre première randonnée, 2 heures de montée, de 1326  à 1973 m



Au retour, affligés d'une certaine raideur dans notre démarche



Le point de vue sur la ville et ses lignes de défense




Le fort des Têtes surmonté du fort de Randouillet et du fort d'Anjou
où l'ami Jacques M a fait ses classes au champ de tir



Fort des Salettes



Le pont d'Asfeld (émule et successeur de Vauban) qui enjambe la Durance d'une seule arche à 55 m de hauteur



le fort des Salettes vu du fort des Têtes



Nous avons regretté de ne pas avoir pris les bâtons le 1er jour, ils ne nous ont plus quitté les 6 jours suivants *voir note finale



Partout l'eau, ruisseaux, torrents



cascades



rosée sur les plantes le matin



champignon en forme de balle de golf



à 2500 m comme du coton



beaucoup de marmottes que nous dérangeons et qui s'enfuient en poussant un sifflement aigu



dans leur terriers profonds



au-dessus des aigles royaux, plus de 2m d'envergure et poids de 4/5 kg
 qui dit-on repairent leur proie jusqu'à 5 kms de distance




de temps en temps un troupeau que nous contournerons prudemment




plusieurs randos nous font longer la frontière italienne, une casemate datant de la dernière guerre
ici se sont affrontés des troupes de montagne françaises, italiennes et allemandes


 
borne frontière,
coté italien



à l'envers le coté français



arrivés au sommet, repos réparateur



notre dernière rando au Grand Lac (2500 m) avec vue sur la chaine des Écrins



chalets en altitude et paturages



le Massif des Écrins



rencontre d'un groupe de grimpeurs



passage un peu délicat malgré le câble rassurant
la photographe plus agile est passée devant



chapelle au détour d'un sentier



Col de l'Izoard, un des hauts lieux du Tour de France



nous avons noté dans les toilettes cette recommandation
messieurs asseyez vous sur la cuvette, personne ne vous regarde



près du col



La ville ne manque pas de charme et pour la rando, il faudrait toute une vie pour épuiser la richesse de la région.

* les batons pour nous c'est la première fois, meilleure répartition des charges, meilleur équilibre,
confort dans les passages scabreux (ruisseaux, forte pente, rocs)
moins de fatigue, de surcroit on fait travailler les bras.

pour les sceptiques de notre génération, lisez ces pages
pourquoi :   http://www.randonner-malin.com/10-raisons-dutiliser-des-batons-de-randonnee/
comment:    http://www.cimalp.fr/comment-bien-utiliser-ses-batons-de-randonnee-i-81.html


Edvard Grieg "Peer Gynt Suite, No. 2, Op. 55: IV. Solveig's Song"
par le State Philharmonic Orchestra (Kosice, Slovaquie) & Stephen Gunzenhauser



Accueil

<<<Retour       Suite>>>