31 mai 2007

musique: Palomita Blanca, par le groupe Buenos Aires Tango

Piriàpolis

Mercredi une bonne météo, vent faible de sud/sud-ouest, houle 2,5/3 m. Nous décidons de partir pour Piriàpolis à 20 milles de là. Cette ultime étape se passera très bien en 4h30. Nous voila arrivés après bien des avanies et deux semaines de retard.

Cette petite ville balnéaire, entre Punta del Este et Montevideo, ne manque pas de charme. Notre musique de fond est encore et toujours du tango. N'oubliez pas que l'Uruguay revendique la naissance de Carlos Gardel parti jeune à Buenos Aires, et comme en Argentine, le tango est ici une affaire nationale. L'autre particularité que vous découvrez dés que vous mettez pied à terre est le maté. On le savait, mais quand vous rencontrez à 8 heures du matin les écoliers qui partent avec leur matériel (calabaza, bombilla et thermos d'eau chaude sans oublier le paquet de maté), le travailleur sur son vélo, le chauffeur de taxi, votre voisin dans le bus, le chauffeur du bus à qui le receveur tend tous les quarts d'heure une calebasse dûment remplie d'eau et touillée avec l'herbe ou la poudre, vous êtes interloqué. Les plus élégants ont une magnifique sacoche en cuir en bandoulière pour ranger tout ça.

 

 

C’est ici que s’arrête Lyster qui va passer de longs mois à sec pour sa santé

et notre tranquillité, en attendant notre retour.

 

 

 

Doublement des amarres en prévision d'un coup de vent.

 

Entre ciel et terre

 

Coup de vent annoncé

 

 

Le calme revenu

 

 

 

 

 

 

 

Accueil
Brésil -->Uruguay

<<<Retour       Suite>>>