Bolivie

L'Altiplano


de 4.000 à plus de 5.000 m alt

Nous partirons dans une Jeep Toyota, 4 personnes plus le chauffeur Alfredo et sa femme, Marlène, qui s'occupera de l'intendance pendant 4 jours. Nous voyagerons seuls ou presque, mais rencontrerons, au gré des étapes, d'autres équipages.
Nous commençons notre montée vers l'Altiplano par la Quebrada de Palala, impressionnant ravin bordé de roches rouges, en direction de la Cordillère de Lipez, sans nous arrêter à San Vicente (cimetière où les présumés Butch Cassidy et le Kid sont enterrés).


Très vite, troupeaux de moutons, petits ânes, llamas et vicuñas, vont peupler les hauts près.


Le volcan Uturrucu (6.008 m) sera suivi des volcans Licancabur, Ollagué,  Irruputuncu,  tous trois sur la frontière  chilienne,  Caquella, Tomasamil, tous  approchant les 6.000 m. Ils se dressent majestueux au-dessus  du haut-plateau désertique.


Altitude constante pendant ces 5 jours au-dessus de 4.000 m, une fois dépassés les 5.000 m pendant quelques minutes. Nous l'avons supportée grâce au pilules anti-sorecho  (mal des montagnes) et aux tisanes de chachacoma  ou le mate de coca, concoctées par notre cuisinière.


Toutes les maisons sont en adobe et toit de chaume. Malgré le vent et la mauvaise qualité des fermetures, laissant passer de nombreux courants d'air, nous n'avons jamais eu froid, la nuit, bien enveloppés dans nos duvets. A l'heure où on parle de maison passive (sans chauffage ni clim), nous avons été bluffés par la qualité de cet habitat simple et économique.


L’adobe est une brique de terre crue, séchée au soleil, et utilisée comme matériau de construction. Ces briques sont obtenues à partir d'un mélange d'argile, d'eau et éventuellement d'une charge utilisée en petite quantité : de la paille hachée par exemple. Il s'agit d'un des premiers matériaux de construction : les premières villes connues étaient construites en briques de terre crue. Ce matériau est encore l'un des plus utilisés au monde. La toiture en chaume faite avec les herbes ramassées sur place et séchées au soleil



Un soir à l'étape, match de basket dans un village, équipes mixtes, Enfants du village-Européens-Américains.

Les drogues, cocaïne, marijuana, haschich sont interdites en Bolivie. Mais depuis longtemps, les Boliviens mâchonnent des feuilles de coca, toute la journée. Les hommes; surtout, ont toujours une boulette d'une trentaine de feuilles glissées sous la joue, ce qui leur fait une boule disgracieuse. Coupe-faim et stimulant, anti-sorecho, mais sans doute aussi un certain plaisir. En vente sur tous les marchés, mais il nous est recommandé de ne pas en acheter.
:
Toutes les photos en diaporama à agrandir d'un clic






Musique :
Pour cette page et les trois suivantes,
4 extraits de cette Vidéo du Choeur de Chambre Accentus, dirigé par Laurence Equilbey



<--------       --------->
Accueil