Les Sierras du centre
Sur la route...


Notre feuille de route nous indique que ce périple, qui va se faire essentiellement en bus, nous promet pas moins de 10.000 kms et plus de 200 heures de trajet sur les routes. Pour l'île de Pâques ce sera l'avion et le cargo pour la descente des canaux de la Patagonie Chilienne.  Comme dans toute l'Amérique du sud, le bus est le moyen de transport le plus développé. Chaque ville et village a son Terminal de bus. Celui de Buenos Aires, à Retiro, comporte plus de 100 quais, très bien organisé comme un aéroport, avec plate-formes d'attente, écrans départ et arrivée. Les horaires sont à peu près respectés. Les bagages en soute sont enregistrés.  Tout cela fonctionne très bien.






En prenant nos places 48 h à l'avance, nous sommes arrivés à avoir nos fauteuils à l'étage à l'avant, ce qui nous laisse un champ de vision panoramique pour les photos.



Ces bus de longue distance sont équipés de toilettes, de distributeurs d'eau et de café, d' écrans vidéo, bien ventilés et silencieux. Un plateau diner nous est remis au départ.



Il y a 3 types de fauteuils, le semi-cama (inclinaison à 120°) comme sur la photo ci-dessus


le cama (inclinaison à 160°) très confort pour les trajets de nuit, comme la photo ci-dessous....et le club-salon, plus large et tout cuir, le luxe quoi, pas encore essayé.




A partir de cama il n'y a que 3 fauteuils par rangée, ce qui donne un espace appréciable sur ces distances. On peut travailler, lire ou écouter nos podcasts, tant que le sommeil ne nous surprend pas.



 

Nous traversons une magnifique région agricole, la pampa sur près de 1000 kms, soleil et pluies alternés. On y voit des champs de maïs, mais de plus en plus de soja. Ce sont de grandes propriétés très mécanisées.



Le soja a apporté de grands bouleversements dans le pays, économiques et sociaux, moins de personnel, monoculture, industrialisation, financiarisation de l'agriculture, exodes de populations vers les villes. Mais il semble qu'il y ait aujourd'hui une prise de conscience pour retrouver un meilleur équilibre.



Nous avons déjà fait plus de 1200 kms et 18 h de route depuis notre départ, nous sommes aujourd'hui à San Juan (point D). Nous sommes arrivés ce matin à 8 h en bus cama, après 8 h de route, et  une nuit correcte, prêts à faire cet après-midi une visite à la Defunta Correa (120 kms A&R). Notre destination pour cette première tranche est Salta (G) dans le nord-ouest andin, dans quelques jours .



Toutes les photos
en diaporama à agrandir d'un clic


musique : Atahualpa Yupanqui - El carrero

Poète, chanteur et guitariste argentin, Héctor Roberto Chavero, dit Atahualpa Yupanqui (1908-1992), de père Quetchua et de mère Basque. Son pseudonyme, choisi dès l'adolescence, est formé d'Atahualpa, le dernier empereur Inca, assassiné par les conquistadores de Francisco Pizarro, et de Yupanqui, "le Grand Méritant", cacique suprême des indiens Quechuas.
<--------       --------->
Andes
Accueil