Les Sierras du centre
Córdoba

C'est la seconde ville d'Argentine avec plus de 1, 3 million de Cordobeses. Elle est le centre géographique du pays et ses 7 universités en font une grande ville universitaire. Ville très active. Zones piétonnes ombrées de bougainvilliers, centre historique bien conservé autour de la place San Martin, nombreuses terrasses ombragées où se reposer. Une très belle étape.





sous les bougainvilliers

le Cabildo (Hotel de ville colonial)


Plaza San Martin




On ne peut parler de Córdoba sans évoquer les Jésuites. La ville est fondée en 1573, et en 1599 les Jésuites construisent le Collegium Convictorio de Nuestra Señora de Monserrat qui devient en 1622 l'Université de Córdoba. la première d'Argentine.

La Compagnie de Jésus est fondée en 1534 par Ignace de Loyola, François Xavier et 4 autres compagnons, tous étudiants en théologie à Paris, reconnue en 1540 puis approuvée en 1550 par bulle papale. Leur engagement dans les missions apostoliques et surtout l'éducation qui est leur activité principale, leur obéissance inconditionnelle au pape, leur adaptation aux réalités du monde, seront la source de nombreux conflits avec les Dominicains et les Franciscains, d'une part, mais aussi avec les autorités des pays où ils s'installent. Ils seront persécutés par l'Inquisition, bannis de France en 1763-64, martyrisés en Angleterre, interdits au Portugal en 1759 et en Espagne en 1767, l'ordre interdit par le pape Clément XIV en 1773. Ils reviendront toujours. Ils sont aujourd'hui près de 20000 membres et le groupe religieux numériquement le plus important. Ici l'Eglise de la Compagnie de Jésus.

L'ancien ensemble des Jesuites, la Manzana, a été déclaré Patrimoine Culturel de l'Humanité en 2000 par l'Unesco, l'Eglise de la Compagnie de Jesus, la Chapelle domestique, l'Université Nationale de Córdoba, le Collège National de Montserrat.


La Cathédrale, commencée en 1577, sa construction a duré 2 siècles, d'où un certain manque d'unité, néanmoins l'ensemble, qui domine la place San Martin, est impressionnant.

L'Estancia Jesuítica Jesús María (1618), où la production viniviticole permit aux Jésuites de financer leur université, alors que les contributions des Cordobeses leurs avaient été supprimées.

En Amérique du sud, les Jésuites se heurtent au régime des encomiendas, les colons réduisant les indigènes à l'état de serf. Au XVII°s en Argentine, au Brésil et au Paraguay, pays de missions, ils fondent des fermes (estancias), édictent des régles, sur le principe des reducciónes ou congregaciónes (colonies indiennes), selon des principes chrétiens, pratiquent l'élevage collectif, inventent la formation professionnelle. De nombreuses missions naissent au nord du pays. Leur succès auprès des populations indigènes et leur insoumission leur vaudront l'inimitié des colons (vecinos) et des potentats locaux. Le beau film Mission (1986) de Roland Joffé relate un de ces évènements. Ils seront pourchassés et renvoyés en Europe en 1768. Les réducciónes et les estancias seront pillées.

L'Estancia Jesuítica Santa Catalina (1622) avec son église à façade baroque européen, fondée pour les mêmes raisons. Malheureusement nous n'avons pu visiter que l'Église.



Tango Plaza  San Martin

 
Toutes les photos
en diaporama à agrandir d'un clic






musique :Chopin Piano Concerto #2 In F Minor, Op. 21, B 43 - 2. Larghetto
Claudio Arrau, Eliahu Inbal,  London  Philarmonic Orchestra

<--------       --------->
Accueil